CRC reçoit le Prix UNESCO 2020

Bureau du Président du CRC, 23 October 2020

Les membres du CRC RDC @Assemblée Générale Annuelle 2019

Le Centre Résolution Conflits (CRC), une ONG de la RDC, récipiendaire du Prix UNESCO-Madanjeet Singh pour la Tolérance et la Non-Violence, édition 2020

Dans une lettre officielle datée du 12 Octobre 2020, la Secrétaire du Prix UNESCO-Madanjeet Singh pour la Tolérance et la Non-Violence, Mme Anna Maria Majlöf, a transmis une lettre de Mme Gabriela Ramos, Sous-directrice générale pour les Sciences sociales et humaines à l’UNESCO. Cette lettre nous informait les heureux lauréats de la décision de la Directrice générale de l’UNESCO de décerner, après délibération du Jury, l’édition 2020 du Prix UNESCO-Madanjeet Singh à l’organisation Centre Résolution Conflits (CRC) pour leur travail de plusieurs années pour le sauvetage des enfants soldats en RD Congo.

En accusant réception de ce prix, le Président du CRC, Mr Ben Mussanzi wa Mussangu, a réagi avec grande émotion en ces termes:

«En décidant d’honorer ce travail que nous avions commencé a partir du néant, votre organisation vient non seulement de nous honorer, mes collègues et moi-même, mais encore et surtout de prouver à la face du monde que la gratitude est encore de ce monde, même si elle peut prendre des années. Ce Prix nous élève au 7e ciel et au moment où nous nous y attendions le moins (à cause de la pandémie au Covid-19), permettez-nous, au nom du CRC, d’exprimer nos émotions avant même la date de remise du Prix.»

Ensuite Mr le Président est passé à un rappel rapide:

« C’était en 1993 (vers la fin de l’époque du Président Mobutu du Zaire/Congo), que la Vision CRC a été conçue comme une réponse positive à un incident dans lequel notre Président, Ben Mussanzi wa Mussangu, avait failli être tué à la source de la rivière Orwa, au Sud de Bunia, RDC. C’était en pleine guerre tribale de l’Ituri, signe précurseur de la guerre de la RDC connue plus tard comme la ‘Première Guerre Mondiale d’Afrique’. C’était dans un esprit d’amour du prochain, d’humilité, d’abnégation et de sacrifice, dans un anonymat total au top sommet de la haine tribale et au risque même de nos vies. A propos, nous avons perdu 5 membres des Comités de Paix du CRC à Nyankunde, Rutchuru et Bunia comme victimes directes ou indirectes de la guerre de la RDC.»

On ne le dira jamais assez. La RDC est l’un des pays au monde où il n’est pas facile d’être non seulement une femme, mais aussi un pacificateur:

Nous étions pourchassés comme des gibiers pendant la guerre de la RDC, a poursuivi le Président du CRC, non pas parceque nous étions des criminels, mais plutôt pour avoir osé et eu le courage de nous tenir devant les tueurs et leur dire en face que la guerre ce n’est pas la solution durable aux conflits, qu’il ya une autre voie de résoudre pacifiquement nos conflits sans nécessairement passer par la violence. Le CRC que vous honorez aujourd’hui est donc le fruit de l’ouragan qui a endeuillé la nation Congolaise dans les deux dernières décennies avec un bilan estimé à plus de 6,000,000 de morts, plaçant ce pays parmi les premières catastrophes humanitaires après la 2e Guerre Mondiale.

Mr Mussanzi wa Mussangu en a profité pour rappeler au monde que l’insécurité endémique qui est deliberemment entretenue en RDC est une ‘guerre économique’ ou comme on dit en anglais ‘a quick profit-making business’:

C’est dans ce contexte de guerre économique et d’insécurité endémique, attisées par une véritable avidité des seigneurs de guerre et leurs clients internes et externes (qui jouent quotidiennement au mépris total des notions élémentaires des droits humains (notamment le caractère sacré de la vie humaine) que nous avons travaillé pendant ces deux décennies et demi, forcés de nous déplacer par ci par là très souvent dans un dénouement total et finalement forcés d’aller en exil à partir d’où il nous a fallu réorganiser l’équipe, toujours au nom de l’amour du prochain.

Enfin le jour de la remise du Prix par le Representant Afrique de l’UNESCO a Kinshasa, Mr Rehema Mussanzi, le Coordinateur national du Centre Résolution Conflits (CRC), a dit dans son discours :

Je voudrais dédier ce prix aux artisans de la paix, morts ou vivants, pour avoir contribué à la construction de la paix en RDC et dans le monde. Que Dieu bénisse l’UNESCO, que Dieu bénisse le CRC, que Dieu bénisse les artisans de la paix en RDC et dans le monde.

Nous ne pouvons pas terminer sans remercier tous les partenaires avec lesquels nous avions travaillé localement et globalement au cours de ces vingt-sept ans: Églises, Hôpital CME Nyankunde, Tearfund, Peace Direct, EED (actuellement Pains pour le Monde), Responding To Conflicts, Action for Conflict Transformation (global network) etc.

Nous remercions enfin tous les membres du CRC (Assemblée Générale, Conseil d’Administration, Personnel, Bénévoles et Utilisateurs de nos services). Mais une gratitude particulière va au Planificateur de l’Univers (Dieu) pour avoir choisi le nouveau Coordonnateur pour la RD Congo, M. Rehema Mussanzi, dont l’obéissance et le retour au pays après avoir été élu en 2019 vient d’‘activer’ dans le monde invisible cette bénédiction et bien d’autres dans l’avenir. ‘L’obéissance vaut mieux que les sacrifices’ (1 Samuel 15: 22).

Pour plus de détails, voici les deux articles officiels annonçant la bonne nouvelle pour le CRC:

UNESCO

FranceTV

Livres et articles connexes :

Ben Mussanzi wa Mussangu, Unarmed Heroes: The Courage to Go Beyond Violence

From DRC to the UK: conflict resolution training and peace education – Tearfund Learn